• Mercredi, journée annoncée excellente, plaf à 2500 voir 3000 sur les reliefs.
    Thermiques bon à très bons, brises faibles et du nord-ouest faible au plaf.
    François est à St André pour 3 jours pour décompresser de sa Blériot,une organisation pareille d'une semaine lui a couté autant qu'un cross de 100 bornes sur une journée.
    Donc sortant du boulot, un peu taqué, pour faire un départ de Digne, je me contrains à
    le faire d'Oraison.
    12h30 au Déco, 13h00 je décolle, l'inversion vient de se faire, ouest 7/15 mais il reste
    un léger nord.
    Je me maintiens tant bien que mal et au bout d'1/2 heure, le thermique favorable me
    prend dans son oeil, 1400 sur le Castellet puis 2000 jusqu'à Entrevennes, et là encore un gros thermique me monte jusqu'au plaf et me place devant une rue de cums direction le Cousson à Digne.
    14h00, les 1ers cums forment sur Oraison.

    2400m aux environs des Ajoncs, au nord-est d'Entrevennes, je suis pas encore au plaf
    mais j'y arrive; le plateau est généreux en +3 +5.
    le plaf est à 2700m et même aux oreilles ça monte trop fort , je ferai 2800m en bordure
    de cums jusqu'au Cousson puis une transition calamiteuse jusqu'au Pic de Couard.
    Le téléphone à l'oreille, je dis à Cynthia de ne pas m'attendre puisqu'elle devait me
    récuperer à Digne; c'est trop bon, je continue vers la Blanche.
    il est 15h00 dans cette chute, je me retrouve à 1400m à me faire chahuter devant le
    pic de Couard; vite un thermique, je remonte à 2250m direction Pompe et là forte brise,je recule sur le relief, pas la peine de traîner, je dérive des chtites bulles jusqu'au carton,tout va mieux.
    Entre Carton et la Chau, je prendrai un +4 pour me faire un 2950m, idéal pour transiter
    vers  le Traumas.
    A ce moment là, François arrive à Dormiouse.
    Au plaf, je pousse mon barreau pour atteindre au plus vite cette nouvelle rue de nuage
    qui s'ouvre devant moi en direction de Dormiouse. Pour l'instant en visuel, ils sont déjà
    assez conséquent, mais vont augmenter de volume pendant toute ma transition.

    Du Traumas jusqu'au fort de Domiouse, çà montait du tonnerre +4 voir plus si je m'étais
    fais aspirer; du coup grandes oreilles accélérées du +1 en limite de nuage, et c'est magique.
    François me passe sous les pieds, fais le retour vers St André et me dis de faire pareille ce qui rendrait mon vol très intéréssant; oui mais lui en delta et sa vitesse ça passe, moi vu le ciel qui se chargeait de plus en plus, je dis négatif.
    Arrivé sur le Morgon, les conditions changent. Ciel dégagé , et faut encore me taper ce
    passage du lac et ses fortes brises, de toute façon je vais très vite m'en rendre compte.

    il est déjà 17h, et le temps de poser, de plier et d'attraper une âme charitable en charette,
    il se fera tard pour rentrer.
    17h30 fin du vol; effectivement la brise ronfle, je pose sur place proche du rond-point à
    l'entrée d'Embrun.
    Une vue au fond sur Les Orres.
    J'ai eu raison de poser tôt, 4h de stop quelle pouasse ce jour-là.
    22h00 maison-douche-dodo.
    Levé 3h au boulot.

    Pour ceux que ça interresse:trace
     
    Le rat de labo

    votre commentaire
  • A quoi tient la réussite du vol de l'année ? 30m de plus qu'Alain qui à 40m sol nous trouve un thermique près de l'attéro, lui et Damien posent et moi peu plus haut je réussi à l'enrouler et c'est parti pour le vol de l'année !....
    Parti avec Pierre dans ce thermique à 1600, 1er point bas à 800m près de la citerne du Castellet, remonté à à 2000 et là ! ! un cum sur Entrevenne qui culminait à 3000m ! Il est 13h30.
    Pierre décide de poser à St Julien d'Asse, je fais la base du cum et après ce ne  sera que transition entre 2400 et 3250.

    Premier point de virage près de Camp Juers avec cette superbe vue des gorges du Verdon alors que je transitais vers Moustier.


    A 3200 sur Montdenier on est en local de St André !

     

    Vue vers Oraison au plaf à 3200

    A St Jurs je récupère mon compère qui s'est tapé la traversée du plateau de Valensole entre 1500 et 1800. Damien qui avait repris un bon départ pose à Brunet.
    Et nous allons ensemble tenter le retour ! Dernier plein à Bras d'Asse à 3550m pour Alain ! Lui transite sur le plateau de Valensole moi sur les contreforts du plateau de Puimichel et malgré quelques thermiques trop dérivant nous nous posons au même endroit un peu après Vantanen.

    Ce qui fait un triangle bouclé de 63kms, le retour n'ayant pas était fait complétement et le GPS mis en route après 10mn de vol ( mais on s'en tape ! ) . Ci dessous la trace malheureusement en 2D, le vol ayant été enregistré avec mon Garmin 12.

    En tout cas je ne pense pas que l'on retrouve de telles conditions de si tôt.
    LA journée de l'année !

     



     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    François


    votre commentaire
  • Cette semaine fut très gracieuse à Oraison, très généreuse en thermiques, et en plaf !
    Tout commence mardi, avec un départ vers 14h avec François, en parapente, et un léger météo de nord-ouest.
    1er essai concluant, ligne téléphonique, 1er thermique à 2.5, qui nous mène vers 1700m.
    Transition vers le silo de Brunet, où François pose.

    (sur la photo il est dans l'axe du champs de lavande à 10cm du silo)

    Avec mes 100m de plus j'arriverai à me sortir d'un posé, grace à un thermique ou dust
    pour certain. Le champs tournoie de folie, j'dirai 20m de diamètre, et à 50m/sol ça fait
    du grabuge.
    je tente le coup, j'me fais tirer, la voile frissone, j'enroule, +2.5 et +4.5 , je refais 2300m direction puimoisson.

    A puimoisson , encore un point bas, mais encore un thermique 3.5, 1800m pour me
    retrouver vertical les antennes de Roumoule.
    Je n'étais jamais passé par là, et ça vaut le coup d'oeil.
    Je décide de traverser le lac de Ste croix, en direction des Salles et Aiguines car
    Moustiers avec du nord-ouest ça le fait pas.

    De mémoire, Pierre m'a vu traverser ce lac avec 200m/flotte, pour me poser à la plage d'Aiguines; Et bien là j'ai assuré le gaz  car la largeur est bien plus grande, donc gros
    plein et transition vers l'ile.
    Ensuite, vu la brise forte au sol à Aiguines, et ne voulant pas attaquer les reliefs avec
    le nord au-dessus, j'ai préféré poser.

    Deux jours plus tard, jeudi, même scénario mais François est en delta.
    Arrivés au déco, le vent est soutenu avec fortes rafales thermiques, un instant je me
    résigne à décoller.
    François se questionne et monte malgrès tout son delta.
    Une accalmie, je plonge dans ma selette, sans mettre de combi; Boom , ligne tel non,
    combe ouest oui.
    2.5 et en 15mns 1700m derrière les lignes h-t; Le blaireau oublie sa radio chez lui,
    redescend et décolle 3/4 plus tard pour zigzaguer dans une brise de folie.
    Je commence à me les cailler sec; 2000m sur Bras d'Asse, transition vers Beynes,
    thermique à +5.5 , 2550m sur Beynes, et encore du nord-ouest.

    Avec presque 40km/h à St André, je pose à Barrème dans des boulets de canon.

    Et enfin, l'appothéose de la semaine, samedi.
    François décide de faire mumuse à la fête de Laragne ,avec du très fort Nord-ouest  qui annulera la manche de coupe du monde.
    Le nord faibli vers 13h, j'appelle Alex et lui dit 14h à l'attéro.
    14h personne, je monte, personne, je me prépare, les conditions aussi...
    Pour éviter le plouf traditionnel, j'attends le meilleur moment.
    14h45, bouffe thermique, décollage, ligne tel non, combe ouest non, passage sous
    le niveau de la ligne, vers la ruine; Alex arrive à l'attéro, ouvre ses portes, son coffre,
    pour poser dedans; et làààààààààààààààààààààà.
    L'aile se tourne dans le thermique, un tour serré, puis le thermique à 2.5 et très vite
    à 3.5 me propule à 2300m pratiquement vertical.
    Désespéré, Alex ferme tout et monte( il me dira plus tard qu'il aura fait deux tas dans
    l'heure qui suit).
    Le ciel est splendide, légerement voilé, des cums en veux-tu en voilà, du nord-ouest
    voir nord-est au plaf.
    Vers St André,c'est bouché avec du surdéveloppement, donc pas question d'aller là-bas;
    avec mon plein je transite vers Villeneuve, en pensant être tanqué...
     

    C'est sûr que la Durance à cette hauteur c'est magique!
    Durant  ma transition, j'ai senti grace au gps que j'avançais bien entre 25 et 35km/h et
    une rue de cums m'ouvrant les portes vers Forcalquier.
     

    Vers Niozelle, une ptite descente mais rien de quoi arreter ma course.
    Encore un plaf, 2400m au nuage, de quoi bien négocier la transition vers Forcal.

    le lac de la Laye en profondeur et Rustrel au fond
     

    belle rue de cums entre les Hautes-plaines et le Mont-Ventoux.
     

    Après avoir fait un point très bas à Mane, ne pouvant pas aller plus au nord-ouest, je
    décide de faire le retour pour boucler mon aller-retour à Oraison.
    Je réussi à remonter péniblement à 1400m et je les reperdrai illico-presto pour faire une fléchette et un posé juste avant la carrière de Villeneuve.
     

    Ce n'est pas les cums qui manquaient ce jour-là, mais la brise en a voulu autrement.

    Pour ceux que ça interressent:
     

    Une vue latérale pour vous montrer surtout le thermique du départ: 2300m puis 2400m 
    sur Niozelles.
     

    Une vue verticale pour la trajectoire:28 km .

    La distance est faible mais le vol cap à l'ouest est fabuleux!
    Une 1ere tentative m'avait fait faire demi-tour à l'entrée de Forcalquier,cette fois-ci je
    dépasse largement la ville.

    A quand un vrai aller-retour Oraison-Forcalquier?


    votre commentaire