• Un parfum de démotivation flotte autour de la fine équipe des crosseurs pourtant arrivée comme d'hab à 12h30 à l'attéro.

    Le vent est souvent sud, trop sud et rafaleux. Les incantations néfastes du rat absent aujourd'hui ont elles eu de l'effet ? 1er essai de Julien puis de Yves l'urgentiste qui nous présente un numéro de rodéo. C'est la démission, ceux qui ont leurs voiles dépliées partent pour le tas de récupération de la bagnole en bas. Le restant de la troupe plie bagage direction la piscine.

    M’apprêtant a faire de même, je constate que les créneaux face arrivent plus souvent et avec l'aide de Pi'R qui me déroule plusieurs fois ma voile roulé en nem, je pars pour un de mes plus beau thermique du déco.( passages encore Sud à sud-Est après le déco de François..ce qui termine de démotiver les derniers au déco)

    Faut toujours y croire: vendredi 7 aout

    2000m comme une balle, une petite dérive sud. La balade peut commencer.

    Faut toujours y croire: vendredi 7 aout

    Pas du tout le même ciel que les jours d'avant. Là vers l'est les surdéveloppement se prépare.

    Faut toujours y croire: vendredi 7 aout

    50 au gps face au signal de Lure, je pars vers le nord. La couche d'inversion est bien visible, le plaf surement autour des 2400 mais je n'y serais jamais allé.

    Faut toujours y croire: vendredi 7 aout

    Une petite prière au dessus du prieuré pour que mon cross s'allonge, je ne suis plus qu'a 1500.

    Faut toujours y croire: vendredi 7 aout

    Décidément je la vois beaucoup Lure ces temps ci.

    Faut toujours y croire: vendredi 7 aout

    J'appréhendais inutilement le passage de Sisteron. Pas de brise forte, seul le vent passe sud-ouest voir ouest dans le Jabron. Je progresse un peu sur le Mollar à la recherche de la pompe suivante.

    Faut toujours y croire: vendredi 7 aout

    Remontée à 2000, je refuse la recherche de thermiques au vent qui me permettraient de refaire les reliefs. Je suis déjà bien content d'être là, je vais me la jouer pleu-pleu en vallée et aller prendre mon train à Laragne.

    Faut toujours y croire: vendredi 7 aout

    Mais l'attrait des hollandaises nues dans le Buëch est plus forte, je pose après Ribier juste au bord de la rivière  pour une trempette avant un épisode de stop efficace.

    François

     

     


    2 commentaires
  • Fatigué de la veille, non seulement du vol mais aussi du retour pénible je décide de rester en local. On est tous prêts à 12h30 .

    Gros bocal et petit bocal

    On arrive à tous partir dans le même pétard, Christian, François, Alain, Patou, julien, Manu et moi. Yves suit de peu mais rate le train.

    Gros bocal et petit bocal

    1800 tous en même temps, Alain file sur Valensole, François part vers le Castellet à la recherche de l'alim du gros nuage, Christian ,Julien et moi traversons vers l'Ouest suivis de Patou. On remonte de bas dans un pétard teigneux jusqu'à 2000.

    Gros bocal et petit bocal

    Christian et Julien filent vers Volx pour être rejoint par Alain, tandis que François et Manu vont aller sur Ganagobie.

    Gros bocal et petit bocal

    Manque de gniak je retourne sur Oraison et survole Patou qui pose à l'hippodrome. Retour sur site où l'ombre commence à mettre tout le monde au tas.

    Gros bocal et petit bocal

    Descente tranquille au terrain et récupération de Patou, pendant que les autres sont encore à 2000/2500 sur Manosque et corne de Lure, avec tentative de retour.

    Laissons à François la suite de la journée. J'espère que demain j'aurai rechargé mes batteries.

    Pi'Air

    Pi'R a dégainé rapidos, si j'avais dû créer un titre cela aurait été: "Motivation de lendemain de record très local" ou "Lure et retour (pas pour moi)"

    Gros bocal et petit bocal

    Fallait voir la motivation à 13h au déco, un départ genre start de compéte ou tout le monde est dans le même thermique.

    Gros bocal et petit bocal

    Un ciel fabuleux, je pars sur le Castellet faire le plaf: 2500, les autres restant groupés sont partis de plus bas mais de moins loin et au final on arrive au même niveau sur Niozelle.

    Parce que ces effrontés se sont mis dans la tête de me reprendre mon vol d'hier. Et ils sont bien partis les saligauds  !

    Gros bocal et petit bocal

    Manu et moi gérons mal un point bas, retour sur Niozelle et on change de plan de vol.

    Gros bocal et petit bocal

    Ce sera Lure et le retour évidemment.

    Gros bocal et petit bocal

    On y arrive assez facilement, les alims des cums sont assez délicate a trouver mais çà và. Reste le retour.

    Gros bocal et petit bocal

    C'est là qu'il va falloir que je me méfie de ce petit jeune. Ce rigolo transite dans une meilleure veine et le temps que je percute que les alims sont est en altitude, il me met 500m qui lui permettrons de rentrer. Et moi je me vautre à Peyruis.

    Bravo jeune (Gare à toi quand même !)

    François

    Gros bocal et petit bocalGros bocal et petit bocal

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Gros bocal et petit bocal

     

    Gros bocal et petit bocal

    voilà pour le rat (sans commentaire au vu de ma journée d'hier )

     Le vol de Manu: http://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/2014/vol/20174148

     

     


    1 commentaire
  • Mercredi 5-8-2015, Jean Pascal, Marc et moi avions décidé d'aller voler à Laragne avec ce petit sud annoncé.

    Tandis que sur l'autoroute vers 12h15 nous voyons déjà les Oraisonnais tester la masse d'air, nous espérons ne pas avoir fait un mauvais choix en allant sur un site inconnu pour cette journée annoncée fumante.

     
    Sur place JP est déjà en l'air et nous annonce qu'il file vers le nord alors que nous arrivons à peine. L'objectif fantasque était d'aller à Grenoble, et pourquoi pas faire les 100kil. Mais franchement à ce stade le réveil n'avait toujours pas sonné!!!
     
    Avec Marc on se met en l'air vers 13h, mais il n'y a pas grand chose au déco, quelques deltas font des plombs, et d'autres s'extirpent péniblement.
     
    Pour moi ça marche assez vite, le temps de trouver un premier bon thermique, 2000 et je  file vers le nord rejoindre JP. Marc n'aura pas le même sort, une grosse fermeture à quelques mètres de la crête entamera la confiance pour la journée

    A la recherche de mon 1er 100 bornes

    Après c'est assez généreux, mais j'arrive quand même à faire quelques points bas, heureusement quelques deltistes sont venus me secourir. 3200 dans la semoule un peu avant Aspres.

    A la recherche de mon 1er 100 bornes

     Jp est posé à Aspres et sans sa façon singulière de m'envoyer au charbon, je crois que je m'aurai trouvé une bonne excuse pour me poser, car à partir de là je suis seul avec le trouillomètre à 0.

    A la recherche de mon 1er 100 bornes

    Bref je continue sur les faces s/o, je passe le col de la Croix haute, me jette sur L'Obiou, refait 3300 dans la semoule, là une belle rue me ramène au cœur de la vallée ( erreur je pense) car après c'est le verrou et je ne peu allé plus loin, il y a du nord à Grenoble. Je pose à Vif à 87.9km du déco, j'espère faire les 100 kil avec les deux points de contournement, mais la cdf ne me comptera que 95 km.

    Mais ravi quand même.

    A la recherche de mon 1er 100 bornesA la recherche de mon 1er 100 bornes

    Je pose à Vif à 87.9km du déco, j'espère faire les 100 kil avec les deux points de contournement, mais la cdf ne me comptera que 95 km. Mais ravi quand même.

    A la recherche de mon 1er 100 bornes

    Après c'est le Gag, mon tel est à plat, pas moyen d'appeler Marc et JP.

    Je rentre assez vite en stop 4 voitures, merci à eux, et je les croise par hasard à Ribiers quand ils sortent de la Gendarmerie pour essayer de me Géo localiser.

    Manu


    3 commentaires