• Oraison,comme on l'aime.

    Mercredi, journée annoncée excellente, plaf à 2500 voir 3000 sur les reliefs.
    Thermiques bon à très bons, brises faibles et du nord-ouest faible au plaf.
    François est à St André pour 3 jours pour décompresser de sa Blériot,une organisation pareille d'une semaine lui a couté autant qu'un cross de 100 bornes sur une journée.
    Donc sortant du boulot, un peu taqué, pour faire un départ de Digne, je me contrains à
    le faire d'Oraison.
    12h30 au Déco, 13h00 je décolle, l'inversion vient de se faire, ouest 7/15 mais il reste
    un léger nord.
    Je me maintiens tant bien que mal et au bout d'1/2 heure, le thermique favorable me
    prend dans son oeil, 1400 sur le Castellet puis 2000 jusqu'à Entrevennes, et là encore un gros thermique me monte jusqu'au plaf et me place devant une rue de cums direction le Cousson à Digne.
    14h00, les 1ers cums forment sur Oraison.

    2400m aux environs des Ajoncs, au nord-est d'Entrevennes, je suis pas encore au plaf
    mais j'y arrive; le plateau est généreux en +3 +5.
    le plaf est à 2700m et même aux oreilles ça monte trop fort , je ferai 2800m en bordure
    de cums jusqu'au Cousson puis une transition calamiteuse jusqu'au Pic de Couard.
    Le téléphone à l'oreille, je dis à Cynthia de ne pas m'attendre puisqu'elle devait me
    récuperer à Digne; c'est trop bon, je continue vers la Blanche.
    il est 15h00 dans cette chute, je me retrouve à 1400m à me faire chahuter devant le
    pic de Couard; vite un thermique, je remonte à 2250m direction Pompe et là forte brise,je recule sur le relief, pas la peine de traîner, je dérive des chtites bulles jusqu'au carton,tout va mieux.
    Entre Carton et la Chau, je prendrai un +4 pour me faire un 2950m, idéal pour transiter
    vers  le Traumas.
    A ce moment là, François arrive à Dormiouse.
    Au plaf, je pousse mon barreau pour atteindre au plus vite cette nouvelle rue de nuage
    qui s'ouvre devant moi en direction de Dormiouse. Pour l'instant en visuel, ils sont déjà
    assez conséquent, mais vont augmenter de volume pendant toute ma transition.

    Du Traumas jusqu'au fort de Domiouse, çà montait du tonnerre +4 voir plus si je m'étais
    fais aspirer; du coup grandes oreilles accélérées du +1 en limite de nuage, et c'est magique.
    François me passe sous les pieds, fais le retour vers St André et me dis de faire pareille ce qui rendrait mon vol très intéréssant; oui mais lui en delta et sa vitesse ça passe, moi vu le ciel qui se chargeait de plus en plus, je dis négatif.
    Arrivé sur le Morgon, les conditions changent. Ciel dégagé , et faut encore me taper ce
    passage du lac et ses fortes brises, de toute façon je vais très vite m'en rendre compte.

    il est déjà 17h, et le temps de poser, de plier et d'attraper une âme charitable en charette,
    il se fera tard pour rentrer.
    17h30 fin du vol; effectivement la brise ronfle, je pose sur place proche du rond-point à
    l'entrée d'Embrun.
    Une vue au fond sur Les Orres.
    J'ai eu raison de poser tôt, 4h de stop quelle pouasse ce jour-là.
    22h00 maison-douche-dodo.
    Levé 3h au boulot.

    Pour ceux que ça interresse:trace
     
    Le rat de labo

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :